La Seine et ses ponts ont toujours été au cœur de la vie parisienne. Pour preuve, il suffit de regarder les œuvres émouvantes que certains de nos meilleurs artistes ont créées pour leur rendre hommage; Apollinaire, Barbara, Montand, Piaf, Verlaine et bien d'autres ont immortalisé ces grands témoins du passé, du présent et du futur. Voici une brève présentation de cinq ponts emblématiques de la capitale sur les 37 ponts reliant «Rive Droite» et «Rive Gauche».

Pont Alexandre III

Le 7 octobre 1896, le tsar Nicolas II, son épouse et le président Félix Faure étaient présents pour le placement de sa première pierre. La construction a été construite pour célébrer l'alliance entre la France et la Russie. Le tsar verra plus tard l'œuvre achevée lorsqu'il reviendra à Paris en septembre 1901.

pont alexandre

Dans la perspective de l'Exposition universelle de l'Exposition Universelle de 1900 - et dans l'espoir d'impressionner le public autant que la Tour Eiffel en 1889 - un concours d'idées a été organisé pour examiner divers projets. De plus, il devait bien aller avec les éléments voisins (le Petit et le Grand Palais). Le style et la décoration ont été réalisés par certains des sculpteurs les plus connus de l'époque (sans oublier les plus traditionnels et sans doute parmi les plus conservateurs). La décoration du Pont Alexandre III architecturalement et techniquement innovant a utilisé tous les lieux communs de la fin du XIXe siècle: des empilements de motifs, d'allégories et de symboles conçus dans un style réaliste mais accessible, qui ont introduit un contenu mythique dans un contexte familier. De chaque côté du pont, deux socles soutenaient une statue de Pégase, retenu au licou par quatre Fames.
Après avoir été achevé dans les délais prévus, le pont a été inauguré le 14 avril 1900. Bien que plusieurs artistes et célébrités de l'époque aient critiqué les aspects hautement classiques du Pont Alexandre III, il est resté l'un des points forts de l'Exposition Universelle. «Habillé» pour convenir aux différents goûts en vogue pour les expositions mondiales de 1925 et 1937, le pont a changé d'apparence à plusieurs reprises au cours de la première moitié du XXe siècle. Une série de rénovations a été effectuée en 1995 pour les célébrations du centenaire du pont.

Pont de la Concorde

Le pont était considéré comme révolutionnaire lors de sa construction, tant pour les techniques de construction que pour le matériau utilisé pour le construire. Il a été construit en partie avec des pierres de la Bastille, qui avait été transformée en carrière de pierre après sa capture, afin que «les patriotes puissent piétiner quotidiennement les restes de la forteresse abyssale!» Une version des faits qui a été remise en question par un certain nombre d'historiens.

Dans un édit de septembre 1786 concernant les travaux d'amélioration à Paris, Louis XVI ordonne le nettoyage de tous les ponts des maisons et débloque 30 millions de livres, dont 1200000 sont affectés à la construction d'un nouveau pont sur la Seine.

pont concorde
Les travaux ont commencé en 1787 et se sont arrêtés après une semaine; la première pierre fut finalement posée en 1788. Malgré les premiers grondements de la révolution, les travaux de construction, impliquant parfois 1 200 ouvriers, furent achevés avec succès. Début novembre 1791, la structure de 138 m de large (150 m entre les piliers de culée) et de 15,59 m de long fut terminée.

Au début, il s'appelait simplement Pont Louis XVI avant de devenir plus tard Pont de la Révolution; c'était une superbe œuvre d'art. Vers 1800, il devient Pont de la Concorde dans le cadre des tentatives de réconciliation. Au XXe siècle, le pont a été rénové à plusieurs reprises. Par exemple, en 1931, il a été élargi de 15,59 à 35 mètres.

Le pont a également connu des occasions, des festivités et des célébrations importantes. Il a accueilli le retour des cendres de Napoléon en 1840, la cérémonie de la Deuxième République en 1851, les funérailles de Gambetta en 1883, les funérailles de Victor Hugo en 1885, la confrontation entre les ligues d'extrême droite et les forces de l'ordre en 1934 qui a fait 15 morts et plus de 1000 blessé...

Pont des Arts

C'est probablement le pont le plus connu de tout Paris, même s'il n'est pas le plus emblématique. Néanmoins, il offre l'un des plus beaux panoramas de la capitale. Son histoire récente a été quelque peu mouvementée. En juin 2014, alourdi par trop de cadenas, l'un des garde-corps du pont est tombé. En juin 2015, les garde-corps, gâtés par des cadenas laissés par des amoureux du monde entier, ont été remplacés par des panneaux arborant le street art de Jace, El Seed, Brusk et Pantonio. Ils seront supprimés en octobre pour faire place à des barrières de verre plus conventionnelles.

Pont des arts

Les plans de construction d'un pont à cet endroit remontent à la construction de l'actuel Institut de France (1663, anciennement Collège des Quatre-Nations). Pour des raisons budgétaires, les travaux n'ont commencé que lorsque le consulat de France est arrivé au pouvoir (1799-1802). Désireux d'utiliser des technologies de pointe comme la fonte, Bonaparte a confié la construction à Louis-Alexandre de Cessart. Accompagné de son adjoint Jacques Dillon, de Cessart propose un projet de 11 arches en fer et colonnes en bois.

Le pont a été construit entre 1802 et 1804 et était composé de neuf arches avec des portées de 17,34 m, qui soutenaient une plate-forme horizontale qui formait une passerelle - c'est un pont réservé aux piétons. Lors de son inauguration le 24 septembre 1803, il s'est avéré si populaire que près de 65 000 personnes l'ont traversé. Puisqu'il était financé par des fonds privés, les utilisateurs devaient payer un péage d'un sou chacun (jusqu'en 1849).À l'époque, elle était assimilée à un jardin suspendu au-dessus de l'eau, avec ses chaises rustiques et ses arbustes - une «terrasse enchantée», selon l'expression de Nerval. Des faiblesses ont été observées dès 1844, et une grande partie du pont s'est effondré après qu'une barge est entrée en collision avec lui en 1979 (il était fermé au public depuis 1977). Il a ouvert de nouveau au public en 1984, mesurant 155m de long et 10m de large et soutenu par sept arcs en acier circulaires symétriques avec des portées de 22m. Le pont a été évoqué par de très nombreux artistes dans leurs créations et dépeint par de nombreux artistes français comme Albert Camus, Georges Brassens ...

Pont Neuf

Sa première pierre a été posée par Henri III de France le 31 mai 1578. Pleurant la récente perte de deux de ses «Mignons», le roi était en larmes lors de l'inauguration, selon plusieurs témoins. L'œuvre finie sera plus tard surnommée le pont des larmes par les Parisiens. Auparavant, un service de ferry avait permis aux gens de traverser la Seine à ce point.

Le projet retenu, situé au confluent des deux canaux de la Seine à l'extrémité ouest de l'île de la Cité, a été conçu par Baptiste Androuet du Cerceau, maître d'œuvre des travaux royaux, et Pierre des Isles. La construction a été confiée à plusieurs entrepreneurs et dirigée par Guillaume Marchand. Les travaux de construction ont été interrompus vers 1580 en raison des événements politiques de l'époque.

pont neuf

Henry IV a remis le projet en marche en 1598, et la construction a été achevée en 1607. La création du pont a conduit à d'autres projets urbains, y compris la construction de la place Dauphine à proximité (du nom du futur dauphin ou héritier apparent, Louis XIII) et de la rue Dauphine. Les travaux de développement, de mise en valeur et d'entretien se poursuivent depuis.
Le Pont Neuf avait diverses caractéristiques, notamment le fait qu'il comprenait des allées piétonnes et qu'il n'y avait pas de commerces construits dessus (de petites maisons et des magasins temporaires sont apparus plus tard, mais ils ont été démolis pour de bon entre 1851 et 1855). Ce fut également le premier pont à être décoré. À ce jour, il abrite une surprenante galerie de portraits: une collection de 380 ornements de mascarons, ajoutés au fil des ans par divers sculpteurs. Récemment, un plongeur de l’unité fluviale du département de police a découvert un mascaron qui avait coulé. Il est à noter que vous pouvez voir des pièces originales qui ont été transférées et soigneusement conservées au Musée Carnavalet et au Musée National de la Renaissance (dans le département du Val-d’Oise).
Une partie intégrante du Pont Neuf est la statue équestre d'Henri IV. Érigée au centre du pont de l'île, face à la place Dauphine, elle a été donnée à la ville de Paris par la femme du roi, Marie de Médicis. Cette statue royale, la première à avoir été érigée sur une place publique, n'a été installée qu'en 1614, malgré sa mise en service en 1604. Après avoir été détruite en 1792, elle a été remplacée en 1818 lors de la restauration de Bourbon (on dit que Victor Hugo a aidé pour transporter la nouvelle statue à l'endroit où elle se trouve aujourd'hui).

Les différents événements historiques qui s'y sont déroulés (comme le passage du cortège funèbre d'Henri IV en 1610 et le cortège du couronnement de Napoléon en 1804, entre autres) et les nombreux hommages artistiques rendus au Pont Neuf en font l'un des plus emblématiques. ponts dans le Paris moderne. Il a même été choisi comme symbole de la transition vers la nouvelle monnaie européenne lors de la cérémonie marquant l'adoption de l'euro en janvier 2002.

Passerelle Solférino

Le pont, actuellement appelé Passerelle Senghor et anciennement Passerelle Solférino, a été inauguré en 1999 et fermé au public quelques jours plus tard. Il a été entièrement financé par le gouvernement. Certains ingénieurs ont imputé la fermeture au fait que certaines sections de la passerelle étaient glissantes, tandis que d'autres ont cité les matériaux utilisés dans la construction du pont, ou le fait qu'elle n'était pas accessible aux personnes à mobilité réduite comme problème. Une semaine après son inauguration, la plateforme a été fermée au public, pour rouvrir un an plus tard, après l'installation de 14 amortisseurs et sols antidérapants. Aujourd'hui, heureusement, ces débuts difficiles sont oubliés - le souvenir le plus souvent attaché au pont est que son concepteur, Marc Mimram, a reçu le prix Equerre d'Argent pour sa création.

passerelle solferino
Le pont mesure 140 mètres de long et est réalisé en métal soudé (fer et aluminium) et bois exotique pour la passerelle enjambant sa courbe unique. Son pont est également divisé en deux niveaux, assurant un lien entre les quais supérieur et inférieur. En 2006, le pont a été rebaptisé Léopold-Sedar Senghor pour célébrer le centenaire de sa naissance. C'est une structure remarquable qui cadre très bien avec son environnement et la géographie de la région.


Visitez la Cité du Cinéma avec nous ! Taxi du 5ème élément et 407 Taxi 5 - Août 2020